Le prêt viager hypothécaire fait débat

Principe du prêt hypothécaire

Un prêt viager hypothécaire est une solution pratique pour les propriétaires d’un bien immobilier qui souhaitent obtenir des fonds, soit en un unique versement, soit au moyen de versements périodiques. Ce prêt est garanti par un bien d’habitation hypothéqué. Le prêt doit être remboursé, avec ses intérêts, en une seule fois. Le propriétaire a ainsi l’avantage d’obtenir des ressources sans avoir à vendre son bien. Le remboursement se fait lors du décès de l’emprunteur par la vente du bien ou avant, également par la vente du bien.

Points importants : en cas de décès de l’emprunteur, si le prix de vente du bien dépasse le montant de la dette, les héritiers se partagent le solde. Dans le cas inverse, la dette ne se transmet pas aux descendants !
A la mort de l’emprunteur, les successeurs peuvent parfaitement choisir de rembourser le prêt et conserver le bien immobilier.

Pourquoi autoriser le prêt viager hypothécaire ?

En 2006, le gouvernement français a donné son aval au lancement du prêt viager hypothécaire pour permettre aux personnes âgées de libérer leur capital. Il s’appuie sur le postulat suivant : l’essentiel du patrimoine de cette tranche de population est immobilisé dans leur maison. Le prêt viager hypothécaire permet de libérer des liquidités, d’ « injecter » du pouvoir d’achat sans pour autant devoir vendre le bien immobilier.

A qui est destiné le prêt viager hypothécaire ?

Le prêt viager hypothécaire peut permettre aux personnes âgées de faire face à la dépendance, de transmettre une partie de leur patrimoine (aider leurs enfants par exemple) ou de financer des projets. Et tout ça sans se séparer de leur maison !

Les limites du prêt viager hypothécaire

Le prêt viager hypothécaire n’a pas rencontré un grand succès en France ni dans les pays anglo-saxons où le prêt hypothécaire est pourtant la règle. Une première explication tient dans la frilosité des banques, qui encourent le risque d’une dévalorisation du bien ou celui d’une extrême longévité de l’emprunteur. Elles ont tendance à fortement élever le coût du prêt viager hypothécaire, le rendant assez dissuasif.

Les difficultés d’évaluation du bien, la complexité de mise en place pratique, sont des explications complémentaires possibles du manque d’enthousiasme des organismes financiers.

Par ailleurs en France, les freins à la mise en place du prêt hypothécaire sont générés par la nécessité d’adapter le produit aux dispositions du droit sur les successions et sur la protection du consommateur.

« Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager. »